Passer au contenu principal

Détecter l’endométriose : symptômes, échographies et diagnostic

Qu’elle soit invalidante tout au long de votre cycle ou qu’elle affecte votre quotidien quelques jours par mois seulement, l’endométriose est une maladie qui touche plus d’1 femme sur 101. Les symptômes, s’ils existent, peuvent varier considérablement d’une femme à l’autre. Les symptômes de l’endométriose et leurs conséquences doivent vous alerter et vous pousser à consulter un(e) spécialiste de santé. Ensemble, vous déterminerez quels tests passer.

Règles douloureuses (dysménorrhées) : le premier symptôme permettant de détecter l’endométriose

L’endométriose est une maladie qui touche plus d’1 femme sur 101 et qui se traduit par la présence de tissu endométrial (tissu semblable à la muqueuse de l’utérus) en dehors de l’utérus. Cette présence provoque la formation de lésions. L’endométriose peut être détectée grâce à ses symptômes, qui diffèrent selon les femmes. S’il existe des formes d’endométriose asymptomatiques, certaines femmes font l’expérience de symptômes qui peuvent être très douloureux. Il n’existe pas qu’une seule forme d’endométriose : les symptômes et le niveau de douleur ressentis pendant les règles (dysménorrhées) peuvent varier d’une femme à l’autre.

Cependant, les principaux symptômes qui peuvent évoquer un diagnostic d’endométriose, notamment lorsqu’ils sont associés entre eux, sont les suivants2 :

  • Règles douloureuses (dysménorrhées) ;
  • Rapports sexuels douloureux (dyspareunies) ;
  • Les difficultés à concevoir ;
  • Les douleurs pelviennes (qui peuvent être ressenties au niveau des ovaires) ;
  • Douleurs en urinant (dysuries) ;
  • Les douleurs localisées dans le dos et les épaules ;
  • Fatigue anormale (asthénie) ;
  • Douleurs et difficultés à déféquer (dyschésie) ;
  • Douleurs localisées sur le devant de la cuisse (cruralgie) ;
  • Des règles longues et abondantes.

Les règles douloureuses (dysménorrhées) sont l’un des principaux symptômes de l’endométriose3. Cependant, douleurs et endométriose ne sont pas toujours liées. Si les douleurs de règles cessent à la prise d’un antalgique, nul besoin de vous alarmer.

Les changements pouvant alerter sur la présence de l’endométriose

Les femmes souffrant d’endométriose peuvent faire l’expérience de différents symptômes (règles douloureuses, douleurs ressenties pendant les rapports sexuels, etc.). Mais, ils ne sont pas les seuls signes de la présence de la maladie. Cumulés à d’autres ressentis, ils peuvent alerter et doivent pousser les femmes à consulter un(e) spécialiste.

La déprime, l’anxiété (ressentie face aux différents symptômes d’endométriose), la fatigue, les troubles du sommeil (résultant de réveils nocturnes causés par les douleurs) ou la frustration (liée à l’absence ou le peu de rapports sexuels) sont autant de sentiments qui doivent vous alerter si vous pensez être atteinte d’endométriose.2

Si vous souffrez, il est possible que vous vous isoliez de votre famille ou de vos amis. L’isolement doit également être pris en compte car, s’il résulte de vos symptômes, il peut être lié à l’endométriose.

Enfin, les difficultés ressenties au quotidien (pour vous rendre au travail ou pour vous occuper de vos proches) pourraient également vous alerter sur la présence de la maladie.

Si vous vous retrouvez dans les différents symptômes de l’endométriose ou dans les situations citées ci-dessus, n’excluez pas la possibilité d’être atteinte par la maladie. Pour pouvoir bénéficier du meilleur accompagnement possible, il est recommandé de consulter un(e) spécialiste qui pourra, en plus de vous rassurer sur les nombreuses idées reçues sur l’endométriose, poser un diagnostic.

Le diagnostic de l’endométriose

Bien qu’il soit encore compliqué de diagnostiquer l’endométriose, plusieurs examens peuvent aujourd’hui être indiqués aux femmes qui pensent être atteintes. L’entretien précis avec un(e) spécialiste (gynécologue, médecin généraliste ou sage-femme) lui permettra de déterminer vers quel examen vous orienter selon les symptômes ressentis. Parmi ces examens, il est possible que l’on vous oriente vers :

  • L’examen gynécologique comme le toucher vaginal ou le toucher rectal, qui permettront de déterminer la nature et l’emplacement des lésions d’endométriose ;
  • L’échographie transvaginale ou l’échographie pelvienne transabdominale.

Notez que ces examens ne seront effectués que s’ils sont réalisables et qu’en fonction de la nature suspectée de l’endométriose, d’autres examens tels qu’une IRM pourront être prescrits.

Pour obtenir plus de renseignements sur le diagnostic de l’endométriose, n’hésitez pas à vous rapprocher d’un(e) spécialiste de santé avec qui vous pourrez échanger dans la bienveillance.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la FRE.

Sources :

1https://www.fondation-endometriose.org/

2https://www.endomind.org/endometriose

3https://www.resendo.fr/endometriose-a-savoir

Pour aller plus loin, consultez l’article suivant :

https://www.info-endometriose.fr/lendometriose-cest-quoi/les-symptomes/